Femeile in Europa

Conform unui nou raport al Comisiei Europene, femeile din Europa sunt în continuare excluse din posturile de conducere atât în politică, cât şi în afaceri. La nivelul UE, 24% dintre parlamentari sunt femei – ceea ce reprezintă o creştere cu 16% faţă de situaţia înregistrată cu 10 ani în urmă – şi aceeaşi proporţie deţine posturi ministeriale.

În sectorul privat, bărbaţii reprezintă în continuare 9 din 10 membri ai consiliilor de administraţie în cadrul marilor întreprinderi şi două treimi din şefii de întreprinderi. Acest raport coincide cu 8 martie, Ziua internaţională a femeii şi anunţă o nouă reţea europeană a femeilor la putere, care va fi lansată în cursul acestui an.”Progresele înregistrate în sensul atragerii mai multor femei în posturile de decizie au fost prea lente. Dacă credem în valorile democraţiei, nu putem lăsa jumătate din populaţie în afara structurilor puterii”, a declarat Vladimír Špidla, Comisarul pentru egalitatea de şanse.

„Egalitatea de şanse este benefică şi pentru afaceri. Economiile noastre trebuie să exploateze din plin potenţialul talentelor noastre dacă dorim să facem faţă concurenţei mondiale. Pentru aceasta trebuie să spargem definitiv plafonul de sticlă!”, a spus el.

Raportul „Women and men in decision-making 2007 – analysis of the situation and trends” (Femeile şi bărbaţii implicaţi în procesul decizional în 2007 – analiza situaţiei şi tendinţele) arată că proporţia femeilor membre ale parlamentelor naţionale (camera unică/inferioară) a crescut cu aproximativ jumătate, trecând de la 16% în 1997 la 24% în 2007.

Totuşi, aceasta este în continuare cu mult sub aşa-zisa masă critică de 30%, considerată necesară pentru ca femeile să exercite o influenţă semnificativă în politică. Parlamentul European se situează imediat deasupra acestui prag (31% dintre membrii săi sunt femei). În medie, bărbaţii sunt de trei ori mai numeroşi decât femeile (76% faţă de 24%) în ministerele din cadrul guvernelor naţionale.

De asemenea, femeile sunt insuficient reprezentate în procesul decizional economic. Băncile centrale ale tuturor celor 27 de state membre ale UE sunt conduse de bărbaţi. În Europa, femeile reprezintă aproximativ 44% din numărul total de lucrători, însă ocupă doar 32% din posturile considerate de conducere (directori executivi, directori şi manageri de întreprinderi mici).

Gradul redus de reprezentare a femeilor în posturile de decizie este şi mai evident în societăţile mari, unde bărbaţii reprezintă aproximativ 90% din membrii consiliilor de administraţie în întreprinderile cele mai importante (care constituie indicele „blue-chip” în fiecare ţară), iar această situaţie s-a îmbunătăţit foarte puţin în ultimii ani.

Au fost înregistrate progrese semnificative în ceea ce priveşte promovarea femeilor în cadrul administraţiilor centrale ale statelor membre ale UE, unde acestea ocupă în prezent aproape 33% din posturi la primele două niveluri ale ierarhiei, în comparaţie cu aproximativ 17% în 1999. Proporţia femeilor în posturi similare în cadrul instituţiilor UE s-a îmbunătăţit, de asemenea, trecând de la 14% la aproape 20% în cursul aceleiaşi perioade, cu toate că se pot aduce încă îmbunătăţiri semnificative.

42 de gânduri despre “Femeile in Europa

  1. @Corina,

    toate aceste date statistice pur si simplu ma inspaimanta si ma infurie. Cum este posibil ca femeile sa fie in continuare atat de discriminate?
    De fapt, e suficient sa ma uit in jur si sa vad cum tot felul de masculini, care se poarta ca niste maimute fata de sefii lor, sunt imediat promovati, in timp ce femeile sunt privite cu suspiciune chiar cand sunt valoroase. Criteriul valoric este in continuare eludat, promovandu-se tot insi mediocri ori submediocri, cu conditia sa fie de sex masculin, pentru ca se pare ca asta le ofera angajatorilor ori liderilor un mai mare confort psihic.
    Recunosc ca sunt feminista si ca nutresc un dispret acut pentru acesti baieti/barbati fara scrupule, gata de orice tradare numai ca sa parvina profesional ori politic. Sigur insa ca imi dau seama ca si femeile au o parte de vina pt ca admit sa promoveze, – unele dintre ele-, prin mijloace care nu au nimic a face cu valoarea!
    Dar nu pot tolera totusi perpetuarea la nesfarsit a acestei discriminari! Cred ca trebuie reluata lupta serioasa impotriva acestei inertii stupide, inadmisibila pentru epoca in care traim!

  2. Fetelor, eu zic sa ne pastram calmul. 🙂 Asa cum spuneam, Corina, astfel de discursuri pot trezi sexismul din noi. Uite, Maria deja, are un discurs discriminatoriu la adresa barbatilor . Oamenii fara scrupule, sunt identificati cu precizie de catre nervoasa Elena ca fiind barbati , de parca are la indemana vreo statistica care ar constata : barbati fara scrupule – 1 milion, femei fara scrupule- 0 adica zero. Sustin in continuare ideea unui plan concret. Hai sa vedem. Ceva de genul uite incepeti voi 2 prin a identifica organizatii neguvernamentale care lupta in Romania impotriva discriminarii femeilor si faceti rost de rapoarte elocvente. Organizati o intalnire cu strangere de fonduri. Invitati femei care sa fie reprezentative din toate domeniile, incluzandu-le pe cele din mass media. Fondurile folositi-le pt realizarea unei campanii de constientizare, stiu eu afise, reclame, etc. Adunati apoi semnaturi de la toate femeile parlamentar si nu numai, pot fi toate cele implicate in politica,-dar si de la barbatii parlamentari care subscriu la punctul vostru de vedere, apoi incercati, cu voluntari, sa strangeti cat mai multe semnaturi pe o petitie pe care o inmanati acolo la Bruxelles, impreuna cu rapoartele de care vorbeam. Nu stiu sunt doar niste idei, dar daca va tot plangeti asa fara sa intreprindeti nimic concret evident ca nu se va rezolva nimic. Sunt bune si blogurile pt a atrage atentia, asupra subiectului dar trebuie ceva mai mult. Folositi-va pozitiile si influenta pe care o aveti pt a schimba ceva nu va mai smiorcaiti. 🙂 PS: Particip si io daca considerati ca va pot ajuta cu ceva concret.

  3. L’Europe est une bonne mère pour les femmes

    Les ouvrières, les mères, les politiques, les victimes d’injustices machistes peuvent remercier l’Union européenne.

    C’est le constat du Lobby européen des femmes (Lef), en cette journée internationale de la femme.

    Aujourd’hui, toutes les commissions nationales, européenne, mondiale remettront à leur assemblée d’élus respective des copies chiffrées sur l’inégalité hommes-femmes.
    La France n’aura pas à rougir, pas de quoi pavoiser non plus.

    Pour améliorer leurs conditions, de nombreuses Françaises se battent aussi à Bruxelles – le traité de Rome (1957) recommandait déjà l’égalité de la rémunération – aux côtés du Lobby européen des femmes (Lef) qui coordonne 4 000 organisations féminines dans les vingt-sept pays de l’Union, « la plus importante structure de la société civile de l’Union », indique Monique Halpern, présidente de la Coordination française (La Clef, 83 associations).

    À l’écouter, toutes les Françaises auraient dû voter « Oui » au référendum de 2005. L’UE serait une bonne mère pour ses petites. Monique Halpern en veut pour preuve « le nombre de jurisprudences des différentes cours de justice européennes ».

    Et de citer : ces patrons punis pour avoir licencié une salariée enceinte ; cette Polonaise qui a obtenu la condamnation du gouvernement de son pays qui lui refusait un avortement thérapeutique ; la levée de l’interdiction du travail de nuit pour les femmes…

    Lors de l’élargissement, le Lef a accompagné les nouvelles entrantes. Et leurs lots de récriminations. « Pas question cependant, de parler de retard, dit Monique Halpern. Dans les pays de l’ex-bloc soviétique, l’égalité hommes-femmes n’était pas un vain mot. » Avec le marché qui se débride, les féministes européennes voient ressurgir de vieux démons : montée de la prostitution dans les pays baltes, femmes au foyer que l’on porte aux nues dans des pays où l’on gouverne en jouant sur la peur. C’est le cas en Russie – où Medvedev, le nouveau Président, a demandé à son épouse, diplômée, de « rester à la maison » – et aux États-Unis, depuis le 11-Septembre.

    Christelle GUIBERT.

    Suisse: l’Euro 08 pour lutter contre la traite des femmes
    Il y a 2 jours

    BERNE — L’Euro 08 de football en Suisse doit servir de tribune pour sensibiliser le public à la traite des femmes.

    Une coalition d’organisations a lancé vendredi à Berne une campagne d’information ainsi qu’une pétition, et des manifestations sont prévues samedi à l’occasion de la Journée internationale de la femme, dans les rues de Genève notamment.

    La traite des femmes existe, y compris en Suisse: l’Office fédéral de la police estime à 3.000 le nombre de femmes forcées de se prostituer, réduites à l’état d'”esclaves domestiques” ou „alimentant le marché du mariage”, a expliqué en conférence de presse l’ancienne conseillère nationale socialiste Ruth-Gaby Vermot, coprésidente de la campagne.

    Le Championnat d’Europe de football en juin prochain est perçu comme une occasion unique de toucher un grand nombre de personnes sur ce thème. Un spot sera diffusé sur des écrans géants ainsi qu’à la télévision.

    A l’occasion de la Journée de la femme, des victimes symboliques défileront dans les rues de Genève, Berne, Zurich et Bâle. L’action permettra de lancer une pétition demandant notamment d’octroyer aux victimes un permis de séjour et une assistance. Il s’agit également pour la Suisse de ratifier rapidement la Convention du Conseil de l’Europe contre la traite des êtres humains.

    La campagne „Euro 08 contre la traite des femmes” est portée par une vingtaine d’organisations dont l’alliance F, la section suisse d’Amnesty International, l’Armée du salut, l’Entraide Protestante Suisse, la Fédération suisse des femmes catholiques, les Femmes socialistes et Terre des hommes.

  4. Allocution de B. Kouchner lors de la conférence-débat „Diplomatie et droits des femmes” (7 mars 2008)
    Mesdames et Messieurs,

    Monsieur le Ministre,

    Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Ambassadrices,

    Je devrais dire Mesdames les Ambassadrices,

    Messieurs les Ambassadeurs,

    C’est une grande journée, pas seulement parce que c’est la journée internationale des femmes. Nous avons choisi cette journée pour parler avec les femmes et surtout pour les écouter. C’est une grande journée parce que, personnellement, et je pense qu’à la tribune on ne dira pas le contraire, nous les avons entendues. Je vous assure que ce fut un exercice que l’on vit toujours – c’est toujours comme cela avec la vérité – aux dépens de soi-même.

    Ce matin et à midi il y a eu des séances parlant de ce ministère et de cette diplomatie, qui ont été des moments de vérité, des moments sans langue de bois comme, sous ses lambris dorés, sous ses plafonds travaillés, on aimerait en entendre plus.

    Nous parlions de la réalité. La réalité, nous n’avons pas particulièrement à en rougir, ici au ministère des Affaires étrangères et européennes, par rapport aux autres ministères. Mais, par rapport à d’autres, nous sommes, les Français, sans doute très en retard.

    Alors, pour vous faire perdre un peu plus de votre temps, je vais vous infliger quelques paroles sentencieuses, et puis nous commencerons le débat. C’est du débat que nous attendons, comme ce matin, un certain nombre d’évidences, d’éclairages et de conduites à tenir. Parce que le code de conduite, et en particulier concernant le temps de travail, qui m’a été remis ce matin par les femmes de ce ministère, c’est un élément essentiel. Nous pouvons non pas travailler six heures mais travailler six heures comme il faut en choisissant nos heures. C’est un exemple, mais comme je l’ai reçu ce matin, j’espère que nous en tiendrons compte. La directrice des Nations unies à côté de moi devra modifier son plan, mais elle, c’est une femme, alors elle se débrouillera. Les autres auront à suivre.

    „Partout où l’homme a dégradé la femme, il s’est dégradé lui-même ” écrivait Fourier : nous sommes ici réunis, femmes et hommes, pour un sujet qui nous concerne tous. Non seulement parce que les mauvais traitements infligés aux femmes rejaillissent sur l’humanité tout entière, mais aussi parce qu’il n’est hélas pas un pays qui échappe à la dure maxime de Fourier. Partout, l’homme dégrade la femme, partout, il se dégrade lui-même.

    C’est pourquoi notre réunion d’aujourd’hui est essentielle pour le Ministère des Affaires étrangères et pour ce que nous appelons avec un peu d’arrogance parce que nous ne sommes pas les seuls mais quand même, la patrie des Droits de l’Homme. Partout dans le monde où il y a des atteintes à la dignité et à l’intégrité de la femme, il y a une responsabilité particulière de la France. Le Ministère des Affaires étrangères et européennes, lien entre la France et le monde, doit être au cœur de cette responsabilité.

    Cette responsabilité s’applique d’abord à nous-mêmes : même si la France, fort heureusement, n’est pas la plus mauvaise élève en la matière, il serait grave et mensonger de se congratuler nous-mêmes. Il serait, dans cette maison, impossible même de le faire.

    Cette responsabilité s’applique ensuite partout où les femmes sont menacées, martyrisées, battues, violées, enfermées, et vous verrez des exemples tout à l’heure. La France doit être aux côtés de ceux qui défendent les droits des femmes partout dans le monde. Il y en a beaucoup dans cette salle. Votre travail est fondamental et je vous remercie de nous en faire profiter.

    Mais la question des droits des femmes va plus loin : parce qu’elles sont au cœur des équilibres familiaux, culturels, sanitaires et sociaux de chaque pays, et en particulier dans les pays les moins avancés, les femmes jouent un rôle central en matière de santé, de développement, d’éducation. A ce titre, leur sort nous concerne doublement : pour elles mais aussi pour l’ensemble de leurs pays, qui ne progresseront pas sans elles.

    Vigies de toutes les menaces pesant sur les Droits de l’Homme, actrices incontournables du développement, défi d’égalité majeur pour notre ministère : tels sont les trois aspects du droit des femmes que je voudrais évoquer brièvement maintenant.

    Les femmes, sentinelles des Droits de l’Homme

    Premièrement, et je serai bref, les femmes sentinelles des Droits de l’Homme. Je sais bien que l’on pourrait dire „human rights” et puis ce serait réglé, mais nous, nous avons choisi, et ce n’est pas un hasard, de parler des Droits de l’Homme. Mais moi, je veux parler du droit des femmes.

    Ayant côtoyé dans bien des sociétés et vécu dans bien des pays en crise, ayant rencontré bien des combattantes, j’en ai tiré une certitude : une société qui maltraite ses femmes est une société malade.

    Nous connaissons tous ici la violence, l’insupportable cruauté des inégalités à travers le monde. Nous savons l’intarissable inventivité des hommes dès qu’il s’agit de maltraiter les femmes et de le justifier par la coutume, la religion, la guerre ou d’autres belles inventions viriles. Mais il nous faut comprendre et faire comprendre, nous aussi particulièrement, que ces inégalités sont les premiers signes d’un dysfonctionnement généralisé d’une société.

    Quand 14.000 femmes meurent chaque année en Russie de violences domestiques, c’est toute une société qui est minée par la violence ; quand une saoudienne est condamnée à la flagellation pour avoir été violée, c’est tout un pays qui a perdu la notion d’humanité ; quand 130 millions de femmes africaines sont victimes de mutilations sexuelles, c’est tout un continent qui se détruit lui-même ; quand les salariées françaises gagnent 15% de moins que les hommes à travail égal, et qu’elles assument dans le même temps 80% des tâches domestiques, c’est toute une organisation sociale qui révèle son injustice.

    C’est pourquoi le combat pour les droits des femmes doit être pour nous – pardonnez-moi l’expression- un étalon de notre combat pour les Droits de l’Homme – peut-être devrais-je dire les droits humains. Il ne sert à rien d’œuvrer à la démocratie, si la moitié d’un pays en est exclue. Il ne sert à rien de proclamer la liberté, si 50 % de l’humanité en est privée. Et il ne sert peut-être à rien de faire de la politique, si c’est en oubliant les femmes : „Travailleurs de tous les pays, qui lave vos chaussettes ?” disait le MLF quand Charles Josselin et moi défilions. Eh bien, elles avaient raison et cela doit être à peu près toujours vrai.

    Je souhaite donc que le Ministère des Affaires étrangères et européennes s’engage très vigoureusement en faveur des droits des femmes. C’est pourquoi la présidence française de l’Union européenne sera pour nous l’occasion de faire des droits des femmes un thème prioritaire.

    A l’occasion de la PFUE, nous comptons en effet lancer plusieurs chantiers importants :

    la définition d’orientations précises et opérationnelles qui serviront dans les enceintes internationales et sur le terrain, en mobilisant les ambassades et les délégations de l’Union européenne ;
    des initiatives au sein du système des Nations unies contre les violences à l’égard des femmes ; il y en a, renforçons-les, il n’y en a pas assez, inventons-en d’autres. Et merci, Madame, avec Mary Robinson, d’inventer cela à propos du Darfour et d’être aussi obstinée et efficace.
    une association à l’initiative de Ban Ki-moon présentée le 25 février dernier d’un plan d’action mondial sur les violences contre les femmes ;
    un forum des ONG consacré en décembre 2008 à ces questions ;
    l’adoption d’indicateurs sur le thème „les femmes et les conflits armés”.

    Nous organiserons également en décembre prochain un Conseil des ministres chargés de l’emploi et des affaires sociales qui se penchera sur trois sujets importants : la sécurité et la santé des travailleuses enceintes, accouchées ou allaitantes au travail ; le congé parental et l’égalité de traitement entre hommes et femmes exerçant une activité indépendante.

    L’Europe doit en effet être sur ce sujet à la pointe du combat. Par son histoire, par ses valeurs, par les progrès qu’elle a déjà accomplis, elle se trouve-là en face d’une responsabilité historique. Depuis le Traité de Rome, qui affirmait la nécessaire égalité des rémunérations, jusqu’au Traité de Lisbonne, qui renforce la lutte contre les discriminations, l’Europe a toujours montré le chemin – pas toujours nous.

    L’initiative ambitieuse impulsée par Gisèle Halimi – que je salue – d’une „clause de l’Européenne la plus favorisée”. Dans chacun des domaines, il y a un pays qui est en avance, et il faudrait que les autres pays rejoignent ce niveau, c’est une belle initiative, très intéressante. Elle sera difficile à mettre en œuvre surtout si on ne l’essaie pas. Donc, nous essaierons. Je souhaite que nous explorions toutes les manières d’avancer dans ce sens.

    Pour nous Français, comme pour tous les Européens, l’Europe doit être en matière de droits des femmes une exigence, une remise en cause de nos habitudes, de nos imperfections, de nos défauts. C’est aussi à cela que sert l’ouverture européenne : à progresser.

    Quelles que soient les initiatives concrètes, l’Europe doit en tout cas continuer d’avancer, en étant exigeante en interne, en particulier en ce qui concerne la santé génésique et l’avortement, sujets sur lesquels nous ne parvenons pas, hélas, à une nécessaire unanimité.

    Elle doit continuer également à être à la pointe du combat partout dans le monde, par exemple sur les questions des conflits armés, de la polygamie ou des inégalités civiles. Partout dans le monde, ce sont-là les principaux obstacles au développement.

    Les femmes, actrices du développement.

    Puisqu’il est désormais de bon ton d’en référer à Edgar Morin, je n’ai pas besoin de revenir sur le rôle d’agent secret de la modernité qui est souvent celui des femmes – mais c’est une belle phrase „agent secret de la modernité”. :Chacun de vous a en tête cette formule et les réalités qu’elle recouvre.

    Je voudrais simplement vous faire part de mon expérience, expérience à la fois des guerres et du développement, des systèmes de santé balbutiants et des massacres planifiés.

    J’ai vu depuis quarante ans les pires horreurs que les hommes sont capables d’imaginer. Derrière chaque fusil tuant des enfants, derrière chaque machette éventrant une femme enceinte, derrière chaque micro beuglant des appels au meurtre, j’ai toujours vu des mâles, très rarement des femelles. Des petits mâles, sans doute, pleins de problèmes d’identité, de pulsions sexuelles mal canalisées ou d’egos surdimensionnés, mais des mâles exprimant leur virilité par la violence et la mort.

    Et tout à l’heure, il y aura un film formidable fait par le docteur Luci qui est de Goma, dans cet extraordinaire hôpital qu’il a fondé et qui s’appelle „Doc”. Il y a Pierre Foldes qui a été le premier ici à Médecins du monde à prendre en charge les conséquences de l’excision. Il vous racontera, je pense qu’il sera nécessaire de les écouter tous les deux, les difficultés qu’il a connues en France, pas seulement au Mali ou dans d’autres pays. Donc, je vous demanderai d’assister à la projection de ce film. Cela dure une demi-heure, mais je crois que c’est mieux qu’un long discours.

    J’ai aussi vu fonctionner des hôpitaux, j’ai vu des familles survivre dans les pires conditions, j’ai rencontré des gens qui tentaient de bâtir la paix et la prospérité. Et vous en êtes, si on devait faire une statistique, ce sont souvent des femmes qui se battaient dans ces conditions, ce sont souvent les femmes qui savent gérer l’argent de la récolte, soigner les enfants, prévoir l’avenir et organiser la communauté, quand leurs maris ou leurs fils sont trop occupés par leur orgueil et par leurs hormones mâles.

    C’est pourquoi une politique de développement efficace doit nécessairement s’appuyer sur les femmes, se faire en partenariat avec elles. Il en va de leur propre avenir comme de celui de la société tout entière. La lutte pour les droits des femmes est à la fois un objectif à part entière et un moyen d’améliorer toute action dans les domaines de la gouvernance et des progrès sociaux et économiques.

    Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si trois des huit Objectifs du Millénaire pour le développement énoncés par l’ONU en l’an 2000 concernent les femmes.

    Le ministère des Affaires étrangères et européennes, pour mener une politique de développement prenant en compte la condition des femmes, s’appuie aujourd’hui sur trois instances :

    Le réseau „genre en action”, réseau d’expertise créé en 2003 à l’initiative du MAE pour mettre en contact les différents acteurs français et internationaux sur ces sujets et diffuser les bonnes pratiques.

    La plate-forme „genre et développement”, qui remplit un rôle consultatif pour la politique française de développement.

    La commission „genre” de Coordination sud, dont la fonction est de promouvoir la question du genre dans les ONG de solidarité internationale.

    Avec ces partenaires, nous disposons des moyens de mener une vraie politique globale de développement.

    Les mêmes raisonnements valent pour la santé, qui est une condition majeure du développement. Qu’il s’agisse de la lutte contre le VIH/SIDA, de la santé maternelle et infantile, de la malnutrition, de l’hygiène élémentaire ou, plus ambitieuse, de la mise en place d’une assurance maladie dans les pays en développement, et pour laquelle une deuxième conférence sera organisée début mai. Là, ce sont les expériences pratiques, les expériences réussies que nous illustrerons. Les femmes, avenir de la diplomatie.

    Si nous avons vocation à nous adresser chaque jour davantage aux femmes, nous devons évidemment être conscients des progrès qui nous restent à faire. Je le disais en commençant : il n’y a hélas pas un pays au monde qui puisse se targuer d’être irréprochable en la matière, et surtout pas le nôtre. Nous ne sommes certes pas les pires, mais nous ne sommes pas les meilleurs, et nous aurions beaucoup à apprendre de certains de nos partenaires européens, en particulier scandinaves.

    C’est pourquoi nous devons, en France comme ailleurs, être particulièrement vigilants, et reprendre à notre compte quotidiennement, inlassablement, ce combat toujours inachevé pour les droits des femmes et pour l’égalité.

    Je ne parlerai ici que de ce qui me concerne directement : le Ministère des Affaires étrangères et européennes.

    Autant le reconnaître d’emblée, nous ne sommes pas en position de donner des leçons : 8 directrices sur 32, 8 directrices adjointes et chefs de service sur 31, 19 sous-directrices sur 83, 12 % de femmes ambassadeurs, 12 % de ministres plénipotentiaires, 22 % de conseillers des Affaires étrangères, mais 47 % de secrétaires de chancellerie et 68 % d’adjoints administratifs et techniques… La parité, ici comme souvent ailleurs, ne devient réalité que lorsque l’on s’éloigne des fonctions dirigeantes.

    Il serait bien sûr facile et mensonger d’accuser uniquement la machine, et particulièrement la machine du ministère, dont je mesure à chaque promotion que les femmes y sont insuffisamment nombreuses à presque tous les niveaux et c’est cela qui ne permet pas la promotion. Si elles sont nombreuses en bas, il faut les promouvoir. Cela n’est pas fait suffisamment. C’est le fruit d’une histoire ancienne, et Rome ne s’est pas faite en un jour. Maintenant nous allons nous atteler à égaliser l’ensemble et à tous les niveaux – facile à dire ! Il serait aussi facile et mensonger d’accuser la machine.

    Mais ce constat ne doit pas nous dédouaner ni nous déresponsabiliser. Il est aujourd’hui nécessaire d’aller vers l’égalité. C’est une question de justice, c’est une question politique, c’est une question aussi d’efficacité.

    Les diplomates français, pas plus que les ouvriers asiatiques ou les paysans africains, ne sont à l’abri des poussées viriles déplacées que j’évoquais à l’instant. Pourquoi devrions-nous leur accorder un monopole que nous redoutons ailleurs ? Et comment ne pas comprendre que pour vanter les mérites de l’égalité à nos interlocuteurs, nous ne sommes pas un modèle, mais nous nous devons d’être exemplaires ou presque, et nous ne le sommes pas.

    Disant cela, je ne prétends surtout pas que les femmes seraient plus à même de penser certaines choses, de s’intéresser au développement ou à la santé. Ce qui laisserait aux hommes les choses sérieuses : la guerre et le grand jeu, la politique.

    Nous devons plutôt reconnaître l’apport indispensable de la mixité dans la construction d’une pensée et d’une action humaines cohérentes. La mixité, c’est une première ouverture à l’autre, à l’altérité, à la différence. Or, je ne crois pas que la diplomatie puisse faire l’impasse sur l’altérité.

    C’est pourquoi je me félicite d’avoir réussi, timidement encore, à faire évoluer les choses depuis quelques mois. Je nous remercie, je ne m’en attribue pas le mérite. A ma place, ave les moyens qui sont les nôtres, tous ensemble, je reste, je demeure, je serai méticuleux sur les nominations, je suis intraitable sur les promotions et j’essaye de conserver toujours cette nécessaire exigence dans mes rapports avec tous les agents de ce ministère. Mais il y a aussi un comité de sélection ici. Le comité de sélection lui-même qui vous présente des noms – pour tel poste d’ambassadeur, il y a trois noms -, je ne suis pas sûr qu’il tienne compte terriblement de l’égalité nécessaire des sexes. Quand il n’y a que trois hommes à choisir, cela devient difficile ! Donc, il faut aussi se rebeller de temps en temps.

    Et je me félicite donc de tenter d’y parvenir. J’en ai cité certaines, pas toutes bien sûr, mais je crois qu’il y a globalement une ouverture du Quai d’Orsay à la question de l’égalité hommes – femmes qui est indéniable. J’en veux par exemple pour preuve les invitations de „femmes d’avenir” par le CAP dans le cadre de son programme sur les personnalités d’avenir. Universitaire soudanaise, juriste sud-africaine, médecin péruvienne, elles viennent régulièrement nous faire part de leurs expériences, nous enrichir de leurs réflexions. A nous de nous montrer réceptifs. Je salue d’ailleurs Mme Noura Hamad Abdelaziz Al-Joumaih, universitaire saoudienne actuellement invitée et qui est parmi nous aujourd’hui.

    Il y a bien sûr bien d’autres initiatives du même esprit qui mériteraient d’être citées ici, mais j’ai déjà été trop long. Je vous remercie. Je pense qu’il ne sera pas nécessaire pour refaire ces réunions consacrées aux femmes d’attendre l’année prochaine la Journée Internationale, je pense qu’il faut continuer toute l’année. Merci beaucoup.

  5. L’Europe maltraite ses travailleurs, dit l’OCDE

    Les taxes et la réglementation expliquent pourquoi les Américains travaillent annuellement 15% de plus que les Européens.

    En contrepoint des interrogations sur la récession américaine et les risques de contagion, l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) a présenté mardi son rapport annuel, «Objectif croissance», sur les réformes structurelles de ses pays membres.

    En prenant les États-Unis comme référence, il s’agit d’expliquer pourquoi les Européens ont, en moyenne, une production par habitant inférieure de 30 % à celle des Américains.

    Le millésime 2008 de l’étude, qui en est à sa quatrième mouture annuelle, met l’accent sur la durée annuelle du travail.

    «L’écart est de l’ordre de 15 % et tient, pour moitié, à un nombre annuel de jours travaillés plus élevés aux États-Unis, le reste s’expliquant par une plus longue durée hebdomadaire de travail», est-il dit.

    Quand les Américains ayant un emploi travaillent en moyenne 41 heures par semaine et prennent deux semaines de congés par an, les Européens ont un rythme de 38 heures hebdomadaires et partent un peu plus de quatre semaines en vacances.

    Pourquoi de telles différences d’appétence au travail ?

    L’OCDE avance deux réponses.

    Tout d’abord, la fiscalité :

    «Les taux d’impôts marginaux sont, en moyenne, beaucoup plus élevés en Europe qu’aux États-Unis.»

    Ce phénomène joue plus particulièrement sur «le second apporteur de revenu (généralement une femme)», note l’étude.

    Cet effet fiscal suffit à lui seul à expliquer l’écart des horaires hebdomadaires entre les deux continents.

    «Augmenter la prime pour l’emploi»

    La seconde explication tient à la réglementation, moins contraignante aux États-Unis où, comme en Australie, au Japon et au Royaume-Uni, il n’existe pas de limite légale du temps de travail hebdomadaire.

    Les Britanniques se sont en effet exemptés de la directive européenne de 1993 fixant à 48 heures le plafond. Par ailleurs, l’OCDE constate « des différences tranchées dans les droits aux congés annuels et aux congés de maladie et de maternité».

    L’organisation internationale siégeant à Paris, juge vigilant des réformes, dresse scrupuleusement la liste des changements réalisés en France. Elle retient, entre autres, le fait «que le salaire minimum a baissé en termes relatifs pour la première fois depuis de nombreuses années» . Elle recommande «de réduire le salaire minimum par rapport au salaire médian et d’augmenter la prime pour l’emploi afin d’améliorer le niveau de vie des ménages à bas revenu».

    Interrogé sur les perspectives de croissance française en 2008, Angel Gurria, le secrétaire général de l’OCDE, répond : «Nous ne savons pas si c’est 1,5 % ou 1,6 %, ce n’est pas la question ; la question est que la croissance est très modeste, très faible et qu’il faut la renforcer.» Selon lui : «Les conditions en France sont bonnes pour mener les réformes parce que le gouvernement a une grande majorité.»

  6. @corina
    Totusi lucrurile incet evolueaza inspre mai bine. E un proces complicat si de durata. Din pacate in Romania suntem cam ramasi in urma la acest capitol si asta si datorita faptului ca de multe ori, mai ales in politica, sunt promovate femei doar pentru a iesi bine in statistici.

  7. Pingback: Europarlamentarele noastre sunt mai mişto decât europarlamentarii lor « Picătura chinezească

  8. @ Maria Barbu
    @ V Babiciu
    @ Darius

    Si mie mi se pare ca lucrurile evolueaza, destul de incet, dar pe ansamblu in Europa lucrurile stau mult mai bine in ultimii ani. Stiu ca este frustrant, Maria, si tocmai de aceea mi se pare util ca lumea sa afle aceste cifre.
    Pe de alta parte, as vrea sa ii spun lui V Babiciu ca nu este vorba de smiorcaiala, pur si simplu atragem atentia asupra unor date. Sunt multe organizatii care activeaza in acest domeniu, dar in opinia mea multe s-au fixat doar in promovarea propriilor interese si propriilor oameni. Mi se pare foarte interesanta propunerea ta, de fapt ideile pe care le lansezi sunt foarte interesante si utile. Multumesc.

  9. @Corina

    Era o gluma treaba cu „smiorcaiala” in incercarea de a mai indulci atmosfera fiindca Maria „se pornise” 🙂

  10. Stiu ca era o gluma.. Dar sa stii ca mai avem nevoie si de femei pornite.. Am fost pe drum si de abia acum am ajuns la Strasbourg si ma tot gandesc unde ar putea fi sculptura aceea despre care ai scris pe blogul tau. O sa ma interesez.

  11. @Dna.Corina Cretu
    Sincer,eu cred ca dv aveti un fix dar care nu este prea bine conturat.Daca doriti o sa va ofer citeva exemple.Am observat ca aveti ceva porniri care nu sunt tocmai ortodoxe cu statul dv de femeie si politician.Din gresala am urmarit o parte din dialogul cu dl.Ciutacu si dna.Dobre si cu toate ca parerea mea nu conteaza ma ofer sa va corectez in privinta de logica pe toti trei(dv. aveti ceva studii „cibernetice” nu ?)
    Sunteti „niste” specimene -femeile frustrate-interesante exact ca in bancul cu gaina fugarita.Daca femeile ar avea putere absoluta de decizie,sincer,cred ca ne-am duce ….lui fara drept de apel si fara mustrari.Cred ca acest a fost si motivul pentru care DUMNEZEU a creat femeia din coasta unui barbat.
    Indicat este sa demonstrati ca meritati „ceva” atentie.Pina acum nu am vazut decit fotografii,cintece si lipsa de logica cumulata cu greseli de interpretare.Este punctul meu de vedere si trebuie tratat ca atare.
    Va multumesc.
    PS
    Pacat caci sotia mea nu doreste sa va „raspunda” dar var fi oferit niste replici si intrebari cu care nu cred ca este posibil sa convietuiti(sotia mea mi-a comunicat cine sunteti mai pe larg deoarece este interesata de femeile care sunt in politica)

  12. Journée internationale de la femme 2008

    Déclaration du Directeur-général de l’OMS, Dr Margaret Chan

    Cette année, le thème de la Journée internationale de la femme est axé sur l’investissement pour les femmes et les filles. Il est largement attesté que lorsqu’on donne aux femmes la possibilité de réaliser leur potentiel, les indicateurs sanitaires s’améliorent rapidement, tant pour les femmes elles-mêmes que pour les familles et les communautés. Investir dans les femmes et les filles, c’est non seulement contribuer au progrès socio-économique, mais c’est aussi investir dans le développement sanitaire.

    Les femmes sont précieuses pour la santé publique en tant qu’agents du changement. On a compris que les femmes étaient capables de prendre la tête du changement et cette prise de conscience est aujourd’hui au cœur de la réflexion sur le développement. La Déclaration du Millénaire – l’engagement le plus ambitieux jamais pris par la communauté internationale – reconnaît l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes comme des moyens efficaces de combattre la pauvreté, la faim et la maladie et de promouvoir un développement réellement durable. Investir dans les femmes et les filles, c’est investir dans des résultats durables.

    Dans les situations les plus difficiles, comme celles que l’on rencontre en cas de conflit ou de catastrophe, les femmes se révèlent être des éléments moteurs fiables, résilients et pleins de ressources, et des forces irremplaçables pour maintenir la cohésion familiale et communautaire et aller de l’avant. Les femmes ont leur façon bien à elles de développer des réseaux sur le terrain et savent comment les utiliser pour satisfaire leurs aspirations personnelles et collectives à une vie meilleure.

    Mais si le potentiel des femmes est reconnu au niveau international, il ne sera pas réalisé tant que l’on n’améliorera pas – et souvent radicalement – la condition des femmes dans certains pays et communautés. Trop de facteurs complexes, souvent ancrés dans les normes sociales et culturelles, continuent à faire obstacle à leur possibilité de réaliser véritablement leur potentiel et de bénéficier des progrès sociaux.

    Mais cela peut changer: avant tout, en protégeant et en promouvant la santé, nous pouvons aider à améliorer les conditions de vie des femmes et des filles. Nous pouvons les aider à jouer leur rôle si important dans les familles, les communautés et la société au sens large. En cette Journée internationale de la femme, montrons-nous plus que jamais résolus à leur apporter un niveau d’engagement et d’investissement à la mesure de leur potentiel. Nous serons largement et durablement payés en retour.

  13. @cilovacristian

    Intai de toate, „V-ar fi oferit niste replici” si nu „Var fi oferit” fiindca nu cred ca faceti referire la oxidul de calciu obtinut prin calcinarea rocilor calcaroase. Acum ca am ridicat putin nivelul intelectual al dialogului, am sa va intreb ceva foarte serios : Sunteti multi?

  14. @Vbabiciu
    Destui/destul fr…..sa-mi scuze audienta greselile.
    Nivelul dv intelectual lasa de asteptat in sensul ca nu am decit trei „tastature” pe care „cineva” le schimba le schimba.Pt culturile de griu ale dv una este pt UK,alta USA si altele pt Romania-referire la caractere.Am uitat mai am una cu caractere „elinika” este o „glosa” „evropaiki”.Acum cititi bine dle vebebiciu.
    Stii „mata” cu ce se maninca nivelul dialogului sau esti de la M.G.Esti desteapta foc,bineinteles in sex masculin,domnule.Nu cred ca doresti sa-ti comunic IP-ul, nu?Si daca da sa pastram adresa la secret ca numele nu te ajuta-sa nu discutam de inteligenta.Pa babi or baby.

  15. dialoguri paralele:
    Nastase: “Mircea m-am gandit si la buget, fireste. Daca nu ne mai da bani Patriciu pt campanie, iesim la produs. Tu te bagi imaginea prostamol in romania cat timp te ma ajuta si fatza, iar pe iliescu il facem imaginea pampers pe europa d est ca nu il mai tzine fundul…..”

  16. Cu toate ca sunt adeptul unei idei de tip evolutionist nu pot sa nu tin cont de tocmai acele mici diferente care genereaza acele mari divergente.Esenta este foarte importanta,consider eu,deoarece ce este scump se vinde in sticlute de cantitati mici cu scopul de a fi accesibil majoritatii-vezi parfumurile de valoare,monezile emblematice,medaliile……..nu inglobeaza o cantitate mare,din contra una mica dar de valoare mare.Daca exista cineva,X,care poate sa-mi spuna ca Dna Corina Cretu nu este feminista-si femeia este OM-atunci acest fapt se poate exprima nu doar prin ridicarea unui nivel ci mult mai important este daca poti sa te cobori la acel nivel.Dupa cum am spus,este opinia mea si trebuie tratata CA ATARE.
    Este posibil ca dl.Vbabiciu sa fie jignit-un sfat operatie de schimbare de …ex-daca nu a efectuat metoda fi travestit.
    Lucrurile sunt destul de complicate si asa cum sunt-organismul feminin este mult mai complex si evoluat decit organismul barbatesc-nu este normal sa ne depasim conditia de om si sa cerem ceva ce nu se poate indeplini fizic.Trebuie sa ne evaluam posibilitatile,situatiile,conditiile,educatia,etc….si numai dupa aceea sa ridicam capul,dar totul sa se desfasoare NATURAL,exact cum curge apa-apa urca artificial.
    Din toate comentariile doamnei nu am sesizat nimic coerent si logic(normal ca are fraze sa un paragraf sau altul coerent dar fara noima foarte multe).
    Hei:sa nu confundam loialitatea cu terorismul.Sunt doi termeni nu tocmai compatibili care au generat,genereaza si vor genera conflicte.

  17. @cirlovacristian

    ti-as fi dat o replica care a intrat in istorie : „Mai animalule!” …dar ma abtin. 🙂 S-a trezit masculul din tine in spatele unei tastaturi? Mergand pe firul (i)logicii pe care o propui in comentariile imbecilice nevasta-ta este barbat. Ca altfel cum s-ar explica ca-ti da dreptate in ideile tale misogine de taximetrist ratat? Si totusi nevrand sa-i ofensez in vreun fel pe homosexuali raman la parerea ca faci parte din categoria „mai animalule”.

  18. @bibliotecaru
    Eu consider ca fondul(nu fundul vezi @vbabiciu)problemei este important.Normal ca si „situatia” are importanta ei dar multi dintre noi se leaga de amanunteunele mai importantante altele mai putin importante,depinde unde te situezi,dar se uita fondul problemei care si acesta la rindul sau poate fi interpretabil.De pe acest blog eu am observat numai si numai feminitate.Nu este un fapt natural-normal atita timp cit esti politician,asa consider eu.drept urmare am luat „pozitie”,nu tocmai eleganta demna de un barbat,in scopul de a trezi pe cineva din starea de somnolenta.Dupa cum am afirmat:este opinia mea personala si trebuie tratata ca atare(unii …eri nu au priceput si doresc ridicarea unui nivel intelectual,nu se observa ca acest nivel este asa de jos incit nici nu merita mai multa atentie).
    Pentru partea cu IP-ul am dorit sa atrag atentia ca acest user a folosit mai multe nume-bravo lui(magarii recunosc bine acest cuvint,fantastic:BRAVO)

  19. @vbabiciu
    Multumesc.
    Acesta este acel nivel ridicat?Vai de mine chiar am ramas fara cuvinte.Cu parere de rau va comunic ca nu stiam ca DV.sunteti barbat,am crezut ca sunteti DAMA de companie.Chiar nu intelegeti nimic.CORPUL UMAN CARE APARTINE UNEI PERSOANE DE SEX FEMININ ESTE MAI EVOLUAT DECIT CORPUL UMAN DE SEX BARBATESC.DIN VECHI TIMPURI FEMEILE AU FOST VENERATE,APRECIATE SI PROTEJATE DE CATRE BARBATI.SCOPUL ERA UNUL SINGUR:PERPETUAREA SPECIEI UMANE.CU PUTIN STUDIU (DNA SI ALTELE)ESTE POSIBIL SA INTELEGI CEVA-conditia este sa studiezi.

  20. Stimata doamna Cretu,

    Ma lasati sa cunosc forma generica a adreselor de e-mail ale eurodeputatilor romani de la Bruxelles? As dori sa trimit un mesaj prin e-mail unuia dintre ei iar site-ul parlamentului european nu da aceste adrese, ci introduce o intermediere a contactului e-mail cu eurodeputatii.
    Cu stima.

  21. @ cirlovacristian
    Recunosc că nu am înţeles ce vă nemulţumeşte şi nici care e problema cu IP-ul.

    Faptul că cineva foloseşte mai multe nume nu este un capăt de ţară, este pur si simplu o capacitate a spaţiul virtual, alegerea unei identităţi. Dacă doreşti ca ceilalţi participanţi să te cunoască real, dai numele real, dacă nu, nu. Aici nu este viaţă reală, nu e ca şi cum te-ai întâlni cu cineva faţă în faţă şi ai spune că eşti stră-stră-nepotul lui Mihai Viteazu. În spaţiul virtual nu are importanţă identitatea în sine ci ceea ce vorbeşti. Dacă e să luăm cazul meu, am ales nick-ul Bibliotecaru dar nu-mi ascund identitate. Domnul vbabiciu are şi el un „paşaport” electronic (observaţi că are şi poză) şi trimite către un blog întreţinut de domnia sa. Dacă intră cu alt nick, care e problema? Dacă ar intra cu nick-ul cuiva, atunci da, legile internetului ar fi încălcate. Cât timp nu face asta, nu e nici o problemă.

    Părerea mea este că discuţia ar trebui să se ducă tot timpul la nivel de concept, de idee şi nu de persoană. Domnia voastră faceţi cum credeţi.

  22. O mica precizare. Eu nu folosesc pseudonim ci chiar numele meu. V este initiala prenumelui. Victor adica. Si VBabiciu trimite catre blogul meu, iar vbabiciu.wordpress.com trimite catre site ul meu PLATIT http://web.mac.com/vbabiciu. Puteti verifica la http://web.mac.com, pt o avea un cont aici fie aveti ceea ce se cheama „activation key” adica s-au achitat bani, fie pt 60 de zile se acorda free trial”. Mai departe, daca dati click pe butonul „Blog” aflat pe pagina site ului meu, intrati in blogul tinut de mine pe serverele .mac.com si o sa observati 2 posturi, ambele datate mai 2007. Se stie ca datele de postare, nu se pot schimba pe nici un blog. Ele sunt setate automat de serverele site urilor care gazduiesc blogul respectiv. Poti sa umbli la orice in cadrul unui post numai la data nu. Deci cum s-ar spune la mate, q.e.d. Site ul respectiv este tinut cel putin din mai 2007. Ca atare este platit. Ori sa platesti un site cu poze de familie si sa folosesti alt nume decat al tau mi se pare cam razna nu? Site ul respectiv este in mod special conceput pt prieteni, colegi sau rudele mele sau ale sotiei si cred ca as fi usor penibil sa folosesc un pseudonim in insasi adresa site ului. Ca atare, eu, nici daca as vrea, nu as avea cum sa fiu altcineva. 🙂

  23. @Bibliotecaru

    Nu folosesc pseudonim fiindca desi sunt de acord cu tine Bibliotecarule ca ne aflam in spatiul virtual, blogurile pe care le frecventez eu nu sunt ale unor personaje virtuale ci sunt ale unor oameni cat se poate de reali, ba mai mult sunt oameni politici ai tarii. Dialogul de aici si de pe alte bloguri tinute de politicieni mi se poate cat se poate de real, nu gasesc nimic imaginar. Mi se pare ca daca intri in dialog cu oameni politici prin intermediul acestor bloguri, trebuie sa raspunzi cu aceeasi moneda, adica sa folosesti numele real. Gasesesc ca este mai onorabil asa. Omul se recomanda , te recomanzi si tu. Asa este politicos. Sau cum este cazul tau sa se stie cine esti.

  24. @ vbabiciu
    Nu este nevoie să-mi explicaţi, eu vorbeam în general, un răspuns către cirlovacristian. Spaţiul virtual nu înseamnă numai blog, marea diversitate este în IRC. Blogul este ceva select şi elegant. Faptul că nu vă ascundeţi era remarcat şi de mine. În aceste condiţii nu văd ce relevanţă are acel IP? Că poţi afla localitatea serverul folosit de provider? Ce să spun, mare izbândă. Că poţi depista clone? Iarăşi fără prea mare folos.
    Mai subliniam ceva, şi anume faptul că internetul nu implică răspunderea afirmaţiei, deşi unii încearcă din răsputeri să introducă acest lucru. Dacă pun ceva pe blog nu este ca şi cum aş declara sub stare de jurământ şi nici ca şi cum aş publica în ziar.
    Internetul este un spaţiu particular în care comunicarea se poate face între identităţi sau stări anonime. Eu încercam să subliniez că ameninţarea cu dezvăluirea codului IP este o reacţie mai degrabă futilă decât serioasă.

  25. Stimata doamna Cretu, va multumesc mult.
    Draga Bibliotecarule, sunt citiva acolo care nu au puse adresele de la Bruxelles, nu vor sa fie deranjati de alegatori acolo, ei doresc sa se dedice 100% numai Europei, iar eu vreau sa deranjez pe unul dintre ei. Cu stima.

  26. @ instalatorul
    Am verificat şi eu şi, într-adevăr, sunt unii europarlamentar fără nici un fel de adresă de email:
    Sebastian Valentin BODU
    Csaba SÓGOR
    Theodor Dumitru STOLOJAN
    Rareş-Lucian NICULESCU
    Dumitru OPREA
    Daniel DĂIANU

    Mai sunt câţiva care au adrese de yahoo şi nu oficiale. Atâta timp cât există un domeniu web oficial al parlamentului european pentru adresa de email, mă îndoiesc că cineva a putut spune eu nu vreau, mie nu-mi daţi, nu-mi treceţi acolo adresa. Probabil că aici vorbim de un formular completat, sau aşa ceva, care a servit celor care editează fişa pe site. Nu cred (şi sper totodată) că este vorba despre o dorinţă relativă la lipsa de comunicare. De altfel poţi avea adresa trecută acolo şi să nu citeşti emailurile, este acelaşi lucru. Dacă doriţi să comunicaţi oficial cu europarlamentar român, există calea petiţiei. Dacă observaţi, în josul paginii sunt nişte adrese. De exemplu la domnul Bodu:
    Parlement européen
    Bât. Bâtiment D4
    05M105
    60, rue Wiertz / Wiertzstraat 60
    B-1047 Bruxelles/Brussel
    Tel. : +32 (0)2 28 45634
    Fax : +32 (0)2 28 49634
    Parlement européen
    Bât. Winston Churchill
    M04003
    Allée du Printemps
    BP 1024/F
    F-67070 Strasbourg Cedex
    Tel. : +33 (0)3 88 1 75634
    Fax : +33 (0)3 88 1 79634
    Adresă poştală : Str. I. L. Caragiale, nr. 35 Sector 2 RO-020 043 BUCUREŞTI

    Trimiţând prin poştă o petiţie cu confirmare de primire, depuneţi un act oficial şi conform legii respectivul europarlamentar trebuie să vă ofere un răspuns oficial. Nu vă oferă acel răspuns, desigur îl puteţi acţiona în judecată.

    Apoi puteţi contacta webmasterul site-ului pentru a solicita acea adresă:
    http://www.europarl.europa.eu/toolbox/contact.do?language=RO
    sau să depuneţi o cerere în acest sens la parlamentul european (aceiaşi pagină).

    Şi eu sunt de părere că trebuie să existe un canal de comunicaţie directă, o adresa de email, un blog, un site…

  27. @Bibliotecaru

    Am observat ca tu esti f bine informat, in orice caz mult mai bine decat multi dintre noi. Spune-mi, asa de curiozitate, in afara de cei din PSD, mai sunt politicieni din alte partide, care au bloguri? Da sau nu, ca nu ma intereseaza comunicarea cu altii.

  28. @cristian cirlova

    „ce este scump se vinde in sticlute de cantitati mici cu scopul de a fi accesibil majoritatii-vezi parfumurile de valoare,monezile emblematice,medaliile……..nu inglobeaza o cantitate mare,din contra una mica dar de valoare mare”

    Înca o data observ la dumneavoastra tendinta de a pune în aceeasi oala lucruri si idei care nu au nimic în comun în esenta lor, doar pentru faptul ca se întâmpla sa aiba în comun o trasatura complet irelevanta. Parfumurile de valoare sunt scumpe, sunt mici, dar nu sunt mici pentru ca sa poata fi cumparate, ci sunt mici ca sa poata fi scumpe la volum mare. Adica ideea este nu de a mari accesul la ele, ci ca acest acces sa cumpere cât mai putin cu cât mai multi bani. La medalii rare si monede rare, caracteristica ce face sa urce pretul este raritatea, nu faptul ca sunt mari sau mici, ca nu se calculeaza la kilogram. Dumneavoastra atrageti atentia asupra lipsei de logica a altora dar folositi niste rationamente false la baza, niste silogisme.

    „CORPUL UMAN CARE APARTINE UNEI PERSOANE DE SEX FEMININ ESTE MAI EVOLUAT DECIT CORPUL UMAN DE SEX BARBATESC.DIN VECHI TIMPURI FEMEILE AU FOST VENERATE,APRECIATE SI PROTEJATE DE CATRE BARBATI.SCOPUL ERA UNUL SINGUR:PERPETUAREA SPECIEI UMANE”

    Unde e mai evoluat? A evoluat în alte directii poate, deoarece femeia avea alte atributii în cadrul societatii primitive decât cele ale barbatului, asta poate. A pune semnul plus la ceea ce de fapt e o diferenta nu este decât o derivare, daca îmi permiteti acest mic balet verbal pe tema. Când anume au fost femeile venerate si apreciate? Matriarhatul nu a existat de fapt decât ca mit inventat în perioada ultra feminista pentru a justifica actiunea feminista ca fiind doar o revenire la „normal”. Femeile au fost (si sunt de altfel în multe societati) cetateni de mâna a doua, indiferent de exceptiile (rare si privind doar câteva aspecte) ce exista ici- colo. Mai puneti mâna pe o carte în loc s-o recomandati altora.

  29. @ VBabiciu
    Mai sunt câteva bloguri PNL, unele bune, şi slabe mişcări PDL (practic doar pe cel al Elenei Udrea există un răspuns politic). Mai este blogul lui Cozmin Guşă care nu răspunde celor care scriu şi… Nu intră în discuţie blogurile care nu au comentarii pentru că cei ce scriu comentarii nu pot interacţiona cu proprietarul blogului. Eu citesc zilnic 10 bloguri de oameni politici, pe restul blogurilor politice intru foarte rar.

  30. Pentru Bibliotecaru: Nu, nu va pot spune, dar modul de formare a adresei pe care dna Cretu mi l-a dat imi va fi de folos. Trebuie sa trimit nu o petitie ci un mesaj rapid, iar daca destinatarul nu il va citi atunci noroc bun. Cred ca ati glumit indemnindu-ma la un dialog cu dl Bodu: eu nu am cultura dumneavoastra, dar imi place sa cred (in momentele mele optimiste) ca depasesc cultural nivelul unui maturator de strada ori nivelul drei Basescu, pentru care dl Bodu ar fi un interlocutor perfect. Multe multumiri pentru comentariile prin care ati dorit sa ma ajutati, va ramin recunoascator. Cu stima.

  31. @mailman
    Domnule este posibil sa am aceasta tendinta,nu neg.Este posibil sa si gresesc-perfect adevarat.Citeodata nici nu observ bine esenta sau trec pe linga esenta-aveti dreptate.De multe ori nici nu citesc ce „contine”
    DAR UN LUCRU ESTE CERT:NUMAI FEMEILE POT DA NASTERE COPIILOR SI NUMAI FEMEILE POT FI MAME.DV AVETI MAMA,BUNICA SAU STRABUNICA?”MICUL MEU BALET” CARE DEFAPT ESTE O „MICA” DIFERENTA AJUNGE SA PUTEM CONSIDERA DIN ACEST PUNCT DE VEDERE,FEMEILE MAI EVOLUATE DECIT BARBATII-parerea mea si atit.
    Daca imi permiteti ce virsta aveti?
    Nu stiu daca intelegeti fenomenul/sentimentul cu pricina?
    Si femeile si barbatii sunt oameni dar femeile „au sticluta de parfum” pe care noi barbatii nu o putem cumpara oricit de multi bani/valori am avea.Acea „sticluta de parfum” pune in valoare termenul „evoluat” si doar pentru acest fapt femeile merita acea medalie pe care noi barbatii nu o putem avea/primi.

    Va multumesc
    PS
    Daca va uitati in „ceva” despre anatomia corpului uman este posibil sa observati si dv despre ce este vorba.Oricum este doar o opinie care-mi apartine.
    Daca dv si altii nu apreciati femeile………probabil nici nu o sa le venerati.Sunt si altii care gindesc identic ca dumneavoastra,ideal ar fi sa va uniti sub forma unui club de combatere.Totusi femeile trebuiesc respectate cel putin ca este posibil sa devina mama cindva.

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Google

Comentezi folosind contul tău Google. Dezautentificare /  Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare /  Schimbă )

Conectare la %s